Get Adobe Flash player

Gluten, faut-il en avoir peur ?

Écrit par 

Voici un documentaire sur le gluten, diffusé sur France 5 fin 2014.

Vous allez pouvoir visualiser à quoi ressemble ce gluten tant décrié et découvrir l'ensemble du processus industriel qui se cache derrière votre paquet de pain de mie ou votre baguette de l'hypermarché.
Comme le dit le commentateur : « nous pouvons parler à présent de farines technologiques ».
Quant à la production, un niveau optimum de standardisation est atteint : au gramme, au centimètre et à la seconde prêt !

Je connais déjà bien le sujet pour autant certains éléments ont réussi une nouvelle fois à m’interpeller : découvrir qu’à chaque usage en boulangerie correspond une variété spécifique de blé développée , voir une personne mesurer la baguette avec un mètre ruban ou encore entendre le paysan boulanger à la fin du documentaire comparer les champs de blé moderne à des paillassons.
Pourquoi être touchée par cela ?
Parce que non seulement, nous sommes bien loin de l’agriculture et du boulanger traditionnels mais plus encore, c’est pour moi très représentatif de notre société moderne matérialiste ayant pour paradigme le rendement, le contrôle absolu et la robotisation de la vie avec toutes les dérives et les dangers que cela entraîne.

En ce qui concerne les troubles et pathologies liés au Gluten, le documentaire reste centré sur la maladie cœliaque ou intolérance au gluten.
Elle est décrite en détail et nous percevons bien au travers de l’exemple, toutes les conséquences à la fois physiques, psychologiques et sociales que cela entraine.

Je profite d’ailleurs de ce texte pour clarifier le vocabulaire employé autour de ces maux liés au gluten. Il existe une polémique à ce sujet et j’ai choisi pour ma part de respecter ce qui est dit par le corps médical.
Il y a donc ceux qui souffrent de la maladie cœliaque, maladie auto immune diagnostiquée et reconnue que l’on nomme également intolérance au gluten puisque les symptômes sont le plus souvent décalés dans le temps a contrario d’une allergie qui se caractérise par l’apparition de symptômes immédiats.
Pour toutes les autres personnes, non diagnostiquées et qui pourtant souffrent bel et bien suite à l’ingestion de Gluten (il suffit le plus souvent de se tester en procédant à une période d’éviction pure et simple) il convient d’utiliser la terminologie d’hyper sensibilité ou sensibilité au gluten. Cela revient à prendre en compte les différents degrés d’atteinte de l’organisme de la personne et tout le monde s’y retrouve.
Cette clarification étant faite, il n’en reste pas moins que les souffrances à différents niveaux sont bien là dans tous les cas, avec plus ou moins de gravité et de dangerosité à terme.

Attention, il n’est pas question ici de diaboliser le gluten.
Comme justement dit dans le reportage, il y a toujours eu du gluten dans les blés anciens et celui-ci était parfaitement digéré et intégré par l’organisme.
Le souci, encore une fois est la transformation, la manipulation, la sélection à outrance des céréales et les rajouts multiples de gluten (entre autres)en tant qu’additif. Nos organismes saturés et affaiblis deviennent incapables de d’adapter et de faire face à cet afflux massif de substances qui sont pour lui, des toxiques à traiter.

Au-delà de l’intolérance au gluten reconnue, le documentaire pose également la question du lien entre Gluten et troubles du comportement.
Nouveau « pavé dans la mare » puisque cela pourrait augmenter grandement le nombre de personnes potentiellement touchées.
Lors de ma formation il y a quelques années, c’était déjà reconnu dans les milieux spécialisés.
Cela demande toujours beaucoup de temps avant que l'information arrive ensuite jusqu'au grand public.

Après avoir visionné cette vidéo, peut être changerez-vous votre regard sur les champs de blé qui vous entourent et face à la montagne de pains, brioches, viennoiseries, biscuits, gâteaux en tous genres, proposée dans vos hypermarchés ou dans les chaînes de boulangerie, je vous invite à prendre du recul et ne plus vous laisser leurrer par les bonnes odeurs de pain chaud.
Nous y sommes tous sensibles.
Notre psyché y associant le plus souvent des souvenirs de plaisir, de réconfort et d’amour…et les vendeurs le savent également.

Enfin, gardez en conscience le revers de la médaille, la contrepartie malheureusement possible de toute cette abondance de snacks, sandwichs, encas, gourmandises, grignotages… les intolérances, les maladies auto immunes, les problèmes intestinaux, l’hyper activité, l’autisme, le diabète, le surpoids…
Eh oui, ces farines sont souvent additionnées de sucre dans les préparations et les deux forment un cocktail détonnant pour notre glycémie.

A vous de voir ce que vous voulez mettre dans votre assiette et celle de vos enfants.
Il ne s’agit pas de se priver mais d’adopter une consommation plus responsable et respectueuse de nous-même et de la planète.
Il y a certes une part de responsabilité que l’on peut imputer à l’industrie agro-alimentaire et la recherche de profit à tout prix.
Pour autant sans des consommateurs demandeurs et consentants en face, ce système ne peut fonctionner longtemps.

Lu 3244 fois Dernière modification le samedi, 20 mai 2017 06:36

Media

Plus dans cette catégorie : « Tomate, à la recherche du goût perdu